4 questions sur la Coupe du monde à Abdallah Soidri, hôte de Banquette

Vous l’ignorez sûrement : chez Nouvelles Écoutes, la Coupe du Monde 2018, c’était sérieux. En même temps, quand on a le sosie de Samuel Umtiti en tant qu’hôte de Banquette, difficile de faire autrement. À peine remis de ses émotions, Abdallah nous livre ses impressions sur ce Mondial.

Nouvelles Écoutes : Comment tu as vécu le match d’hier ?

Abdallah Soidri : Avant le match, j’étais très serein quant aux chances de la France de remporter la Coupe du Monde. Sur le papier, on (oui, parce que c’est aussi mon équipe) était favoris et j’étais sûr qu’on allait assumer ce statut. Dès les premières minutes du match, j’ai très vite compris que ça allait être compliqué. Le pressing croate nous a complètement fait déjouer, notre meilleur milieu de terrain depuis le début du tournoi (Kanté) n’y était pas et Perisic, qui venait de se réveiller en demi-finale, faisait passer un sale quart d’heure à Benjamin Pavard. Au final, les seuls moments où je n’ai pas stressé c’est quand on a mené 4-1 et dans les derniers instants du match, quand tu sais que c’est acquis.

: Ton sentiment après la victoire ?

AS : Après la victoire, forcément j’étais très heureux. J’ai repensé à la finale de 98 quand j’étais à Mayotte et qu’on était parti avec ma grande soeur et son mari klaxonner près du port à Mamoudzou. J’ai repensé également à celle de 2006 que j’avais regardé dans un bar tout pourri à Voisins-le-Bretonneux et aux larmes de Thuram. Là, pour la première fois, j’ai pu profiter de la victoire en sachant que je me rappellerai du déroulé de ce match, de l’endroit où je l’ai regardé et des gens avec qui j’étais toute ma vie. Contrairement à 98 où tous ces éléments n’étaient pas réunis. Et je ne sais pas si c’est ma culture club qui fait ça, mais je n’ai pas autant vibré (et pourtant Dieu sait que j’ai vibré dimanche) que lorsque l’OM (mon club de coeur que j’aime à la folie) réalise des exploits. Je pense que ce sont deux émotions différentes, et toutes les deux font énormément de bien

: Un bilan du mondial ?

AS : On va pas se mentir, ce n’était pas la meilleure Coupe du Monde de l’histoire – malgré la victoire finale de la France. De ce mondial, je n’ai envie de retenir qu’une poignée de matchs, de faits marquants et quelques équipes qui m’ont bien plu. L’élimination de l’Allemagne a été un véritable choc pour moi. Oui, car j’ai beaucoup d’affection pour la Mannschaft et les équipes allemandes en général. D’autant plus que j’en avais fait une de mes nations favorites. Celle du Sénégal m’a beaucoup attristé aussi. Pour eux, ça s’est plus joué à deux fautes de concentration qu’à une affaire de cartons selon moi. Portugal-Espagne, Argentine-Croatie, tous les matchs de l’Allemagne, France-Argentine, Belgique-Japon sont des matchs que j’ai regardés avec énormément de plaisir : pour le spectacle, l’intensité et le scénario de ces rencontres. Le Belgique et la Croatie sont les équipes qui m’ont fait la plus forte impression, surtout nos voisins en rouge. Dans le jeu, ils étaient top à voir jouer, surtout nos voisins en rouge, mais le football étant ce qu’il est, c’est la France qui est championne du monde. Et c’est tout ce qui compte.

: Un mot sur l’équipe de France ? 

AS : N’Golo Kanté. J’aime tellement ce type. Quand je le vois sourire, j’ai juste envie d’être heureux. Pogba. Monsieur Paul Pogba. Il m’a régalé durant ce mondial. Grâce à une enceinte Bluetooth, Kimpembe est un des joueurs dont on a le plus parlé. Mais avec une telle playlist, c’est normal. Mon gars Thauvin, on l’a peu vu mais il avait l’air de kiffer de fou. Et il est champion du monde. Griezmann. Ah ! Griezmann ! Lui et moi on s’est beaucoup pris la tête en 2018 entre ta blackface et son doublé contre l’OM en finale de l’Europa League. Mais là, sur cette Coupe du Monde, avec sa montée en puissance progressive tout au long du mondial, il a assumé son statut de grand joueur. Merci Grizi !

Bouffons au Championnat de France de Barbecue

Le week-end du 23/24 juin, la team Bouffons était aux Saintes-Maries-de-la-mer pour participer au championnat de France de barbecue !

La première épreuve a commencé le samedi matin sous un soleil ardent. Accompagné de Pharrell Arot, rédacteur en chef de Club Sandwich chez Konbini, Guilhem, hôte émérite de Bouffons, a cuisiné un magnifique poulet rôti à la texane, avec cole slaw et mayonnaise piquante maison.

On a ensuite profité de la pause déjeuner pour enregistrer un épisode de Bouffons sur la cuisine camarguaise, avec Roger Merlin, président du  Conservatoire Grand Sud des Cuisines et Grégory Brousse, chef au Mas de Peint. 

Direction la deuxième épreuve, avec au programme : les légumes au barbecue ! Guilhem et Pharrell ont relevé le défi en cuisinant un flatbread recouvert de caviar d’aubergines crémeux, de halloumi grillé, de feta et de cerfeuil. 

Le lendemain, on a retrouvé Vincent Bonnal, vigneron et Guillaume Deschamps, producteur de vin orange à ses heures perdues, pour déguster quelques cuvées et parler de rosé devant le public du championnat de barbecue.

Tout cela nous a amenés jusqu’à la remise des prix. À l’annonce de la catégorie poulet, la team toute entière s’est mise à prier et puis… On n’a pas gagné. Idem pour la catégorie légumes. Il faut dire que le niveau était élevé, entre restaurateurs et passionnés se nourrissant de grillades 365 jours par an. 

On a quand même passé un très bon moment et, qui sait, on reviendra peut-être l’année prochaine pour une revanche ?

Nouvelles Écoutes lance Wings, son accélérateur de podcasts

Une ambiance conviviale, un décor chaleureux, un public fidèle rassemblé à La Recyclerie. Wings ne pouvait rêver plus joyeuse soirée de lancement. Après une présentation de ce premier accélérateur de podcasts par Lauren Bastide et Julien Neuville, la soirée a suivi son cours avec la présentation des nouveaux membres de ce programme.

Dans le cadre du programme Wings, Nouvelles Ecoutes accompagnera six jeunes podcasts indépendants, en mettant à disposition ses équipes et son savoir-faire en production, communication, monétisation en fonction des besoins de chaque podcast. Lors de cette soirée, les quatre premiers bénéficiaires du programme ont été révélés

Tour à tour se sont présentés : Maly Diallo et son podcast Après la première page, un podcast littérature sur des autrices afrodescendantes, interviewée par Etienne Tabbagh et Abdallah Soidri. Elle explique notamment comment elle s’inspire dans la vie de tous les jours “La véritable inspiration de ce podcast, ce sont les soirées de filles, où on se rassemble autour de bonnes choses pour parler de choses légères ou grave”.

Maly Diallo a ensuite laissé la place à Clémence Hacquart et son podcast MAGMA qui donne la parole à celles et ceux qui ont vécu un événement historique, interviewée par Mélanie Wanga. Ces témoins de l’histoire racontent notamment leurs souvenir personnels et les enseignements qu’ils en retiennent. “On a tendance à oublier qu’il y a des gens derrière les dates qu’on apprend en cours d’histoire. Des gens, des souffrances et des émotions” explique Clémence Hacquart.

Matthieu Stefani a présenté son podcast Génération Do It Yourself dont le but est de décortiquer le succès des personnes qui ont fait le grand saut, qu’ils soient entrepreneurs, sportifs ou encore artistes. Interviewé par Caroline Rey et Amélie Delacour, il insiste sur le fait qu’il faut croire en soi si l’on veut que ça fonctionne. « Mon critère pour mes invité•e•s c’est que ce sont des gens qui un jour ont décidé de se lancer, et qui ont le recul pour pouvoir partager leur expérience, échecs comme succès”.

Le podcast Vécus a clôturé cette série de présentation. Ce podcast de Ticket for change, cofondé par Laure Brouard, donne les meilleurs conseils d’entrepreneurs du changement suite aux galères et succès qu’ils ont vécus. Interrogée par Guilhem Malissen, elle explique le format Vécus : “On a décidé de ne pas mettre nos voix dans le podcast, pour donner envie à un maximum de gens de faire la même chose que nous et donnent la parole aux autres”. Après ces échanges, tous les mordus de podcast ont pu se rassembler autour d’un petit verre pour prolonger la discussion et rencontrer les intervenants.

Vous souhaitez faire partie du programme Wings ? Cliquez ici !

Guilhem Malissen enregistre un "Bouffons" en public à la Food Art Week

Après un premier enregistrement en public lors du festival Attable à Lyon, Bouffons remet le couvert à Paris, le 6 juin prochain à 17h. Guilhem Malissen vous retrouvera au Ground Control, dans le cadre du festival Food Art Week qui se déroulera lui du 1er au 10 juin. Vous pourrez y retrouver des masterclass et ateliers autour du thème du sucre : ses addictions, ses excès et de ce fait toutes les maladies qui en découlent. Retrouvez toutes les informations concernant le live de Bouffons ici : https://www.facebook.com/events/632036483808412/
 

Caroline Rey et Amélie Delacour rencontrent les auditeurs de Commencer


Le 2 mai dernier, certain-e-s d’entre vous ont pu assister à une rencontre avec Caroline Rey et Amélie Delacour, héroïnes de notre podcast Commencer. Accueillies par l’incubateur de startups Willa, les deux entrepreneuses ont raconté leur aventure, leur décision de se lancer dans la création de leur marque de tailleur pour femme et de documenter le tout dans un podcast, quasiment en temps réel. L’occasion pour elles de répondre aussi à toutes vos questions ! Pour celles et ceux n’ayant pas pu assister à cet échange, vous pouvez désormais poser directement vos questions à Amélie et Caroline grâce au hashtag #CommencerRépond.

Lauren Bastide anime une rencontre sur les maltraitances gynécologiques à la Sorbonne


Lors d’un épisode bonus de La Poudre sur les maltraitances gynécologiques et obstétricales, Lauren Bastide donne la parole à Marie-Hélène Lahaye, juriste et autrice du blog “Marie Accouche-là”, Alexandra Matias, sage-femme et modératrice de la page Facebook Paye Ton Gynéco mais aussi Mounia El Kotni, docteure en anthropologie médicale et culturelle de l’Université de l’État de New York à Albany. Cet épisode, enregistré en public à l’université de la Sorbonne, est rendu possible grâce à l’association Ceryx et à leur collaboration à l’occasion du “Forum Ceryx: les corps des femmes”. Ensemble, ces femmes débattent sur la similitude entre la libération de la parole sur les maltraitances gynécologiques et celle initiée par #metoo pour conclure sur les recours possibles lorsque l’on est victime de ces violences, sexistes et institutionnelles en passant par les contraintes économiques dans les maternités ou bien encore l’endométriose par exemple.  
 

Julien Neuville participe à une table ronde au salon du livre


À l’occasion du salon du livre, le 19 mars dernier, Julien Neuville fut l’invité d’une table ronde ayant pour principale interrogation les podcasts natifs et leur monétisation. Accompagné de Christophe Carron (Slate.fr), Valérie Tribes (Chiffon le Podcast), Constanze Stypula (Audible) et Jessica Berthereau (Les Echos) qui animait ce débat, ces hommes et femmes ont partagé leur expérience en répondant à plusieurs questions: Comment sont-ils monétisés? Les podcasteurs peuvent-ils en vivre? Existe-t-il un modèle de financement comme aux États-Unis? Avec l’essor de ce format, comment se positionnent les annonceurs?